Mathilde Khlat, journaliste

L'information en dis-continu

POLITIQUE Guerre d’Algérie: les harkis attendent une reconnaissance de la France

Réalisé pour le CFPJ (15/03/2012)

Dans l’ombre du 50ème anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, l’épineuse histoire des harkis refait surface. Cette communauté se bat toujours pour que la France assume sa responsabilité.

Engagés au sein des forces supplétives de l’armée française, ces combattants d’origine algérienne ont été abandonnés par la France au lendemain des accords d’Evian.

Parqués par la France, rejetés par l’Algérie, les harkis n’attendent qu’une chose à l’heure des commémorations du 50ème anniversaire des accord d’Evian: que l’Etat français reconnaisse sa responsabilité dans l’abandon et le massacres de 100 000 harkis. « Quand l’Etat aura repris ce fardeau, nous, fils de harkis, nous pourrons nous sentir citoyens français » atteste Charles Tamazount, président du Comité harkis et vérité.

Des promesses politiques non tenues par le gouvernement

Le 31 mars 2007 souffle un vent d’espoir. Le candidat Nicolas Sarkozy déclare dans son discours à Toulon: « Si je suis élu Président de la République, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l’abandon et le massacre des Harkis  afin que l’oubli ne les assassine pas une deuxième fois ». Malheureusement, en cinq ans de pouvoir, le Président Sarkozy n’a pas tenu sa promesse. Le 9 mars dernier, il se contente de prononcer à Niceun discours de compassion, jugé trop faible par l’ensemble des harkis. Dalila Kerchouche, auteur de Mon père, ce harkis et journaliste, précise sur RFIque Sarkozy n’a pas présenté d’excuses et regrette qu’il n’ait pas tenu sa parole, « afin que l’oubli ne les assassine pas une deuxième fois ».

Un combat juridique mené par les enfants de harkis

Pour briser ce silence d’Etat et les injustices sociales endurées, le Comité Harkis et Vérité a choisi de sa battre sur le terrain juridique. En 2005, le Conseil constitutionnel sanctionne la législation française applicable aux familles de harkis. Huit articles au sein de cinq lois de la République (lois de 1987, 1994, 1999,2002, 2005)  sont frappés d’inconstitutionnalité et réécrits dans un sens favorable aux familles de harkis.

Voir la décision du Conseil constitutionnel

Des militants du « Comité harkis et vérité » devant le Conseil d’État

Le comité ne lâche rien, attaquant devant le Conseil d’Etat «  l’ensemble des mesurettes prises sous l’ère Sarkozy, simple campagne de communication électorale » précise Charles Tamazount. Le rapporteur de la République a condamné les circulaires jugées contraire à la légalité républicaine. Écrites trop rapidement, mises en place sans financement nécessaire, les décisions du gouvernement ont été prises de manière unilatérale, sans que soit sollicité les associations. Au bureau du secrétaire d’Etat en charge des Anciens combattants, on affirme que « la reconnaissance a été faite » et que quoi qu’il arrive « leur souffrance est inguérissable ». On parle aussi d’un mémorial inauguré le 29 février dernier au Quai Branly. 1 585 noms de rapatriés auraient été inscrits. « Faux » répond le président de la Fédération nationale des Anciens combattants (Fnaca), Guy Darmanin, il s’agit en fait de victimes civiles de la guerre et non d’un monument à la mémoire de combattants.

Chaque 12 mai 1962, la communauté de harkis se recueille autour du monument aux morts du jardin de la Butte au Chapeau rouge à Paris (XIXème). (Photo Harkis IDF)

Un seul monument aux morts existe à ce jour. Dans le jardin de la Butte au Chapeau rouge, dans le XIXème arrondissement de Paris, on peut y lire depuis 2006: « la ville de Paris reconnaît solennellement les sacrifices subits par les harkis ». A l’écart du centre de la capitale, la communauté de harkis s’y recueillera le 12 mai prochain. En toute discrétion.

Les Harkis d’Ile-de-France se réunissent chaque année. L’inscription du mot « harkis » sur le monument a été rajouté en 2006 grâce à une décision du maire de Paris, Bertrand Delanoë. (Photo Harkis IDF)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18 mars 2012 par dans Decryptages, et est taguée , , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :