Mathilde Khlat, journaliste

L'information en dis-continu

VOYAGES Istanbul, la sublime ville

Publié dans L’Écho touristique le 14/12/12

Histoire grandiose, monuments somptueux, bazars colorés, Istanbul est un émerveillement des sens. Une grande métropole internationale aussi, qui vibre sur toutes les modes occidentales.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vue sur la vieille ville depuis le pont du Bosphore novembre 2012 ©mathilde khlat

Istanbul, duale et mystérieuse, a fasciné artistes et écrivains voyageurs comme le français Pierre Loti qui parlait d’une « ville unique au monde ». On la compare souvent à une femme, séductrice et enivrante. Une ville insaisissable, une ville de couleurs, d’odeurs, de bruit. Dans les rues de la métropole turque, deux modes de vie cohabitent, fruit d’une histoire tiraillée entre Europe et Asie. Le pont de Galata sur la Corne d’or est un trait d’union entre ces deux mondes : la vieille ville aux sept collines, qui a rivalisé avec Rome et dont les minarets saillent l’horizon, et l’Istanbul moderne avec le quartier animé de Beyoglu. Autant d’attraits auxquels succombent chaque année des millions de touristes qui privilégient l’escapade de quelques jours.

Sur le marché touristique français, on privilégie les courts séjours même si Istanbul vaut largement qu’on lui consacre une semaine, voire plus tant ses trésors sont nombreux. A 3h30 de Paris avec une desserte aérienne dynamique encore dopée par l’arrivée de Pegasus Airlines, la low cost qui monte, Istanbul est une alternative trop méconnue aux belles italiennes, Prague ou Vienne qui trustent l’offre week-ends. Les spécialistes qui la programment jouent de plus en plus  la carte de l’originalité en misant sur des thématiques (gastronomie, Art de vivre, culture) séduisantes. Ils peuvent compter sur une hôtellerie de charme très présente et un renouvellement du parc qui fait la part belle au design branché. Le quartier de Beyoglu accueillera ainsi en 2013 un Mama Shelter de 81 chambres signées Stark, et le Soho House réputé pour son chic à la mode et sa clientèle d’artistes.

Après le dernier James Bond, Istanbul n’attend plus que Woody Allen pour que sa multiplicité soit sublimée.

Découvrir la ville en 4 étapes:

1) Istanbul, c’est Byzance!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’Eglise Sainte-Sophie, novembre 2012 ©mathilde khlat

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A l’intérieur de l’ancienne église et mosquée Sainte-Sophie, novembre 2012 ©mathilde khlat

D’abord Byzance, puis Constantinople, la nouvelle Rome, et enfin Istanbul, capitale ottomane. L’une des plus belles villes du monde évoque l’orientalisme qui a longtemps fait rêver l’Occident. La cité regorge de sites où toutes les civilisations ont imprimé leurs modes de vie. L’histoire se superpose sur ce bout de terre à cheval sur deux continents. Certaines églises ont été transformées en mosquée comme Saint-Sauveur in Chora. Peu fréquentée par les touristes, cet édifice, avec ses mosaïques sur fond d’or et fresques byzantines, est un bijou. Autre chef-d’oeuvre : la basilique Sainte-Sophie, métamorphosée en mosquée, provoque un véritable choc esthétique derrière une façade plutôt terne. Il faut pénétrer dans la nef, où les énormes lustres flottent dans les airs, pour comprendre l’admiration que Aya Sofya suscite depuis des siècles. Il y a aussi l’architecte de la mosquée de Soliman le Magnifique, Sinan, qui a porté l’art ottoman à la perfection. Et le sérail de Topkapi, résidence des sultans pendant quatre siècles, qui recèle d’histoires d’amour, de vengeance et de pouvoir. Aujourd’hui, l’art contemporain s’invite à Istanbul. Au musée Istanbul Modern, donnant sur le Bosphore, mais aussi dans le quartier de Beyoglu où les galeries d’art se sont installées.

2) Dans les dédales des bazars

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Bazar Egyptien, novembre 2012 ©mathilde khlat

Cuir, textiles, joaillerie, tapis, antiquités… Le Grand Bazar ressemble à la caverne d’Ali Baba. 4 300 boutiques sur 30 hectares, le marché couvert est une ville dans la ville. Difficile d’ailleurs de se repérer dans ce labyrinthe de ruelles et d’allées voûtées. La meilleure solution est de se laisser dériver dans le flot de touristes, flâner devant les vitrines aux mille et une couleurs, s’arrêter boire un çay (thé) et chercher Büyük Valide Han, le plus grand caravansérail d’Istanbul, caché derrière une porte en bois. Après quelques emplettes – le marchandage est de mise -, le parcours « shopping » se poursuit au Bazar Égyptien, ou marché aux épices. Dans les étals flottent des odeurs enivrantes d’Orient. Montagnes de safran, cumin, cannelle, loukoums à tous les goûts, fruits secs… Ici, même les Turcs viennent faire leurs achats. Des bazars ottomans de la vieille ville, cap vers la « ville européenne » et le quartier de Beyoglu. Le soir, une marée humaine se déverse dans Istiklal, la grande avenue piétonne commerçante où les bars côtoient les boutiques de mode, les bouquinistes et artisans. Ambiance électrique assurée !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Bazar Egyptien, novembre 2012 ©mathilde khlat

3) A la stambouliote

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur le ferry, direction le rive asiatique, novembre 2012 ©mathilde khlat

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le ferry, un moyen de transport des Stambouliotes, novembre 2012 ©mathilde khlat

Métissage des populations et des cultures, Istanbul vit dans une perpétuelle ébullition entre Orient et Occident. Dans les rues, la minijupe croise le voile islamique, mettant à terre tous les préjugés d’un pays à 95 % musulman. À n’importe quelle heure du jour et de la nuit, il est possible de manger. Viandes, légumes, herbes aromatiques, la cuisine turque est raffinée et délicieuse. Les gens fument des narguilés en terrasse, font du shopping à Tünnel, prennent le ferry pour une navigation nocturne sur le Bosphore. Peu importe la destination, Kadikoy, Usküdar… sur la rive asiatique. Certains rentrent chez eux par la mer, les amoureux profitent du spectacle de la ville illuminée, et les groupes d’amis prennent la pose sur le pont. D’un côté, les minarets des mosquées de Sultanahamet, la vieille ville, éclairent le ciel. De l’autre, la tour de Galata, symbole du quartier plus moderne, surplombe la colline. Les puissants projeteurs des ferries éclairent les petits bateaux de pêche. Istanbul vit à la méditerranéenne, l’heure ne compte pas et les soirées s’éternisent dans des vapeurs de raki…

Istanbul nocturne

Istanbul a une vie nocturne très festive, novembre 2012 ©fabrice bugnot

4) MON COUP DE CŒUR La vie en bleue

IMG_6720

Mosquée Soliman le Magnifique, novembre 2012 ©mathilde khlat

Turquoise, azur, outremer, le bleu est omniprésent. Si Istanbul devait choisir une couleur se serait sans hésitation celle-ci, symbolisant la sérénité d’un ciel sans nuage et la paix. Dans la rue, les Turcs, superstitieux, conjurent au quotidien le mauvais sort avec le « mavi boncuk », cet oeil bleu discrètement accroché au porte-clés ou encore suspendu à l’entrée des habitations et des magasins. La célèbre faïence d’Iznik décline également le bleu dans les monuments de la ville. Une lueur bleutée nimbe l’intérieur de l’élégante mosquée… Bleue. Son décor carrelé peint d’oeillets, de tulipes, de roses évoque « le jardin de Paradis ». Ces mêmes teintes décorent les appartements du sultan dans le palais de Topkapi.

Vue depuis le Bosphore

Vue depuis le Bosphore

Et sur la rive asiatique du Bosphore, à Usküdar, un dégradé de tons turquoise tapisse les murs de la petite « mosquée aux Faïences ». À Istanbul, l’odeur d’iode rappelle sans cesse que la mer est proche. Et l’élément fait partie intégrante de la vie des Istanbuliotes. Dans la vieille ville, les mouettes, peu farouches, accompagnent les visiteurs. Tel un serpent de mer, l’estuaire du Bosphore scinde la ville en deux parties, orientale et occidentale. Le fleuve relie la mer de Marmara à la mer Noire. Au loin, les îles des Princes se dessinent. Toute la journée, les pêcheurs du pont de Galata jettent et remontent leurs lignes, qu’il vente ou qu’il pleuve.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les pêcheurs du pont de Galata, novembre 2012 ©mathilde khlat

IMG_6758
©mathilde khlat
COUPS DE CŒUR

– Le hammam de Cemberlitas datant de 1584, est ouvert jusqu’à minuit. Activité turque par excellence depuis des siècles, le bain est un moment de détente dans un cadre magnifique.
– L’insoupçonnable Citerne-Basilique construite par Justinien en 532.
– Flâner dans les passages de la Belle époque qui courent le long d’Istiklal.
– L’hospitalité et l’ouverture d’esprit istanbuliote. Une rencontre avec un turc se conclut souvent par un café. On dit d’ailleurs qu’il ne faut jamais refuser un café car c’est le début d’une amitié de 40 ans.
COUPS DE GRIFFES
– Les embouteillages aux heures de pointe.
– Les taxis qui ne mettent pas le compteur.
BON À SAVOIR
Comment y aller : Avec Pegasus Airlines qui a lancé son premier vol Paris-Istanbul en mars 2010 puis Lyon-St-Étienne et Marseille (en mai et juin 2010). La compagnie low cost turque assure depuis mars dernier un 2e vol quotidien pour relier Paris-Orly à Istanbul avec un aller simple à partir de 82,99 ETTC. Elle propose également trois vols hebdomadaires au départ de Marseille-Provence et Lyon-St-Étienne l’hiver, 4 en saison estivale, à partir de 52,99 E TTC. Pegasus propose des vols quotidiens réguliers vers 24 destinations en Turquie, et dessert 37 destinations internationales au départ d’Istanbul. Flypgs.com. Turkish Airlines et Air France desservent aussi quotidiennement l’aéroport international d’Istanbul.Budget : Compter entre 350 et 500 EEpour un séjour de 4 jours/3 nuits, selon le standard de l’hôtel choisi et la saison. Excursions guidées dans les brochures à consommer à la carte, prix abordables.

Publicités

Un commentaire sur “VOYAGES Istanbul, la sublime ville

  1. vol istanbul
    23 janvier 2013

    Je ne sais pas pourquoi, mais je n’ai jamais été intéressée par cette ville. Mais j’entends toujours des révisions positives sur l’Istanbul et je crois que je vais y aller cet été.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 janvier 2013 par dans En route vers..., et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :