Mathilde Khlat, journaliste

L'information en dis-continu

TOURISME La classe moyenne russe, une aubaine pour le tourisme français

Publié dans L’Écho touristique le 15/02/2013

Outils d’information, chaînes de télévision, accueil russophone, les professionnels du tourisme adaptent de plus en plus leurs offres à la clientèle russe, dont le potentiel de croissance est encore fort.

En 2011, la France a accueilli 600 000 touristes russes, soit 7 % de plus qu’en 2010. Un nombre qui pourrait atteindre le million d’ici 2014. Élévation du niveau de vie (revenu le plus élevé des Brics), croissance économique (+3,2 % en 2012), la Russie est au 7e rang des dépenses touristiques mondiales (+23 % entre 2009 et 2011). Plus flexible, mobile et curieuse, la classe moyenne russe devrait voir son pouvoir d’achat augmenter de 26 % dans les trois prochaines années. Et bonne nouvelle, 90 % des Russes qui ne connaissent pas la France prévoient d’y venir pendant cette période, selon une étude Atout France – Rolland Berger. Des perspectives prometteuses qui poussent naturellement les professionnels du tourisme à courtiser cette clientèle. Comment ? En étant par exemple référencé sur le moteur de recherche russe, Yandex ou encore en ayant un site web traduit en russe.

MIEUX CONNAÎTRE LA CIBLE POUR ANTICIPER LA DEMANDE

À l’Office de tourisme et des congrès de Paris, des séances de sensibilisation pour les adhérents attirés par ce marché sont organisés deux fois par an. « Les Russes veulent un service 24/24 », explique Patricia Barthélemy, responsable du pôle promotion loisirs à l’OT de Paris. Dans les hôtels, ils aiment disposer « du champagne au petit déjeuner et des roses rouges dans les chambres », ajoute-t-elle. Loin d’être des conseils anecdotiques, ces attentions font la différence. « Ils ont besoin de réactivité et d’un accompagnement permanent », résume Sylvie Belot, directrice de la distribution hôtellerie France d’Accor.

Si les séjours en ville, principalement à Paris, demeurent le motif principal de leur voyage, les séjours au ski, bien-être, et en Provence trouvent aussi les faveurs des Russes. « À l’inverse de la Côte d’Azur, axée luxe, nous développons une offre charme en Provence avec de petites unités, un tourisme culturel à Avignon et une offre dédiée à l’oenotourisme » détaille Yannick Le Magadure, directeur marketing du CRT Provence-Alpes-Côte d’Azur. Favorisée depuis la mise en place en 2011 du vol direct Moscou-Marseille assuré par Air France, la région enregistre en 2012 une hausse de 34 % des nuitées hôtelières. « C’est le marché des Brics le plus important en terme de volume », indique-t-il.

Mais pour faire venir la clientèle, rien ne vaut d’être présent sur le terrain. Le CRT Rhône-Alpes privilégie les rencontres avec les opérateurs en Russie depuis 2005 et participe à plusieurs salons russes comme le Otdykh Leisure et le Mitt Moscou.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 15 février 2013 par dans Decryptages, Tourisme, et est taguée , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :