Mathilde Khlat, journaliste

L'information en dis-continu

VOYAGES Dublin, culturellement festive

Publié dans L’Écho touristique le 8/03/2013

Par essence accueillante et joyeuse, la capitale irlandaise le sera encore plus cette année car tout le pays se prépare à la foison d’événements culturels, musicaux et sportifs du « Gathering » : un grand festival où sont conviés les touristes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

2013 est une année particulière pour Dublin, et l’Irlande tout entière : c’est le « Gathering Ireland », un événement qui rendra hommage à la culture, à la musique et à la gastronomie irlandaise à travers des centaines de manifestations jusqu’en décembre. Une aubaine pour les professionnels du tourisme irlandais mais aussi pour les voyagistes français pour qui l’Irlande est une valeur sûre qui ne se démode pas, en individuels comme en groupes. Elle figure ainsi dans le Top Ten de Vacances Transat et est devenue la première destination de Tour Indicom pour ses groupes et GIR.

La France est le quatrième marché de l’île verte, avec 417 000 visiteurs en 2012, une belle performance proche du record de 2008 (423 000). S’ils privilégient la découverte en circuits et auto-tours l’été, les touristes français apprécient également les courts séjours, à la carte, à Dublin. Très accessible, la capitale irlandaise est desservie par de nombreuses compagnies dont la low cost nationale Ryanair, mais aussi Aer Lingus, ce qui en fait une destination de week-end de bon rapport qualité-prix. L’offre hôtelière, principalement moyenne gamme, a été rajeunie par de nouvelles adresses comme le luxueux The Marker 5* ou encore le design Morisson 4*, fraîchement rénové.

BIENTÔT LA SAINT-PATRICK

Cité exubérante, Dublin séduit par son atmosphère conviviale. Il y fait bon flâner, de pubs en pubs pour respecter la tradition locale. Et la mer est toute proche ! Le 17 mars, les Dublinois fêteront la Saint-Patrick. Pour la première fois de son histoire, la parade sera ouverte aux touristes étrangers qui pourront se mêler au cortège et défiler auprès des traditionnels danseurs et orchestres. Une occasion unique de découvrir un sens de la fête légendaire !

IMG_7117

Dublin en 5 étapes:

1. DES SAVANTS ET DES SAINTS

OLYMPUS DIGITAL CAMERADe la cité médiévale de Dublin, il reste peu de traces. Les cathédrales Christ Church et Saint Patrick, où se dresse le tombeau de Jonathan Swift, en sont les rares témoins. Difficile d’imaginer un bourg pouilleux envahi par les Vikings vers l’an 840 et qui le baptisèrent « Dubh Linn », « le marais noir ». Le XVIIIe siècle est l’âge d’or de la capitale irlandaise, sous les règnes des descendants des colons anglais, George II et George III. De cette époque géorgienne, on retrouve les jardins et les sobres et élégants hôtels particuliers. Il y a aussi la célèbre université Trinity College, où quelques-uns des grands noms de la littérature irlandaise tels que Bram Stoker, « Mr. Dracula », Oscar Wilde et Samuel Beckett ont étudié. En plein coeur de la ville, le complexe universitaire, datant du XVIe siècle, recèle de trésors comme le « Livre de Kells », un manuscrit du IXe siècle, chef-d’oeuvre d’enluminures, bien gardé dans The Old Library. Avec ses voûtes et ses alcôves, ses milliers d’ouvrages anciens empilés du sol au plafond et ses parquets qui craquent, la Vieille Bibliothèque a dû inspirer les décors de « Harry Potter ».

2. PARI À TOUT PRIX

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En Irlande, tout est prétexte à parier. « Qui sera le prochain pape ? Bono, 500 contre 1 », plaisante un Dublinois. Les courses de chevaux alimentent cette folie du jeu. Mais à Dublin, les courses de lévriers, organisées dans le stade de Shelbourne, sont aussi très prisées. Parmi les spectateurs, quelques touristes, mais principalement des Dublinois, venus en famille. Certains dînent derrière les baies vitrées du restaurant, d’autres se pressent dans les tribunes, survoltés, prêts à crier au passage des chiens. Et d’autres encore, dans une salle au rez-de-chaussée, fixent très sérieusement les écrans en attendant de voir ce que leur rapportent leurs paris. Dehors les bookmakers, tout droit sortis d’un film des années 50, sont postés devant leurs valises en cuir d’où sortent et entrent les billets des parieurs. Pour la première course, Slippery Joey, Not So Scottish, Borntobegood ou encore Course I Can sont en lice. Au top départ, les chiens ne courent pas mais volent, leur vitesse est impressionnante. Pendant la soirée, une vingtaine de courses vont ainsi s’enchaîner alors que les porte-monnaie s’allègent peu à peu…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

3. VERTE CAMPAGNE

IMG_7158

À seulement une heure de Dublin vers le sud, les Wiclow Mountains, véritables poumons de la ville, donnent un aperçu de la campagne irlandaise. La Military Road, tortueuse à souhait, mène à travers des paysages saisissants de beauté. Les collines nues et les vallons boisés déclinent le brun sombre de la terre et de la tourbe, le vert profond des sous-bois aux herbes touffues, rousses et blondes. Au loin, niché au coeur d’un massif, apparaît un lac d’un bleu presque noir. Sur le bord de la route, des moutons se baladent puis disparaissent dans la brume. L’escapade pour la journée est un bol d’air dans une nature encore sauvage et déserte. L’arrivée par les collines à Glendalough, « vallée des deux lacs », fait penser à une peinture : une cascade se jette au creux d’un vallon et de la fumée s’échappe des cheminées des deux fermes en contrebas. Autour, les moutons illuminent le paysage de petites touches blanches. Glendalough fut la première cité monastique d’Irlande. Aujourd’hui, elle est surtout prisée pour ses vestiges.

4. MON COUP DE CŒUR: Guinness time à Temple Bar

Temple Bar, le jour, c’est le repaire des bobos et des flâneurs. Autrefois quartier d’entrepôts, le lieu a gardé une âme particulière avec ses ruelles pavées, étroites et piétonnes. Même rafraîchis de verre et d’acier, les immeubles en briques ont du caractère et témoignent d’un patrimoine farouchement préservé. Galeries d’art, cinémas indépendants, petites boutiques branchés et colorées y ont éclos. Un bonheur pour le shopping décalé, avec de bonnes adresses à tous les coins de rues. Temple Bar, la nuit, c’est le point de ralliement des bons vivants. Le spectacle y est fascinant, qu’il vente ou qu’il pleuve. Si l’on appelle les Irlandais « les Latins du Nord », c’est que ces grands buveurs devant l’Éternel ont le sens de la fête à même le pavé. Et un sens de l’humour à toute épreuve. Un arrêt dans un pub est l’étape incontournable pour saisir les moeurs locales et goûter à la voluptueuse et envoûtante Guinness. Ambiance feutrée au son de la musique folk-rock jouée en live, les pubs sont chaleureux et promettent de passer un moment inoubliable. Au Temple Bar, Dave Browne a joué de la guitare pendant 114 heures d’affilée, ce qui lui a valu une citation au… Guinness Book des records.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Coups de cœur:

– Le balade sur le toit du stade Croke Park, qui offre une vue panoramique sur tout Dublin.

– The Church, une ancienne église métamorphosée en bar-restaurant: insolite!

– La visite de la Guinness Storehouse et de la distillerie Jameson.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Coups de griffe:

– Attention aux faux offices de tourisme qui sont des services de guides, ou plutôt des attrape-touristes. La bonne adresse se situe dans une ancienne église: Dublin Tourism Center, St Andrew’s Church.

BON À SAVOIR

Comment y aller : Aer Lingus, compagnie à bas coûts opère 4 vols par jour entre Paris-CDG et Dublin (à partir de 159 E), 1 vol par jour Lyon-Dublin et Bordeaux-Dublin et deux vols par jour Nice-Dublin. La compagnie low cost Ryanair propose entre un et trois vols quotidiens entre Beauvais et Dublin, et aussi des vols de Nantes et Marseille. Air France relie Dublin depuis Paris-CDG avec six vols quotidiens. Vols charters et spéciaux avec Go Voyages (et Air Méditerranée) au départ de Paris et plusieurs villes de province en saison estivale.

Budget : Week-end de 3j/2n à partir de 360 E TTC en basse saison (vols, nuits d’hôtel et petit déjeuner).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 8 mars 2013 par dans En route vers..., et est taguée , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :